Newsletter du lundi 28 septembre 2020

SUEZ vers un mariage forcé ?

Quatre semaines après l’annonce de Veolia sur sa volonté d’acquérir la participation d’Engie au capital de Suez, les positions se tendent. Pour mémoire, Veolia a proposé de racheter 32% du capital de Suez au prix de 15,50 € par action auprès d’Engie dont le premier actionnaire est l’État Le compromis semble aujourd’hui compliqué à obtenir car Suez compte défendre son indépendance, quitte à imaginer une stratégie pour le moins originale comme la volonté de créer une fondation hors de France pour y loger les activités françaises de gestion de l’eau. Les actionnaires minoritaires de Suez ont vivement réagi alors qu’aucune consultation préalable n’a été faite auprès d’eux. Cette manœuvre est d’autant plus risquée qu’Engie souhaite dégager des liquidités pour investir sur la transition écologique et que l’État a plutôt un regard bienveillant sur l’opération. A ce stade, un relèvement de l’offre devrait être soumis prochainement au conseil d’administration d’Engie. Cette opération ne serait qu’un prélude à une future OPA lancée par Veolia sur le solde du capital. Rappelons enfin que l’enjeu est de tout simplement créer le leader mondial de la gestion de l’eau.

ORPEA retour à la normale prévu sur le second semestre.

Orpea, spécialiste de la prise en charge globale de la dépendance (maisons de retraite, de clinique de soins et de psychiatrie), a publié la semaine dernière ses résultats du premier semestre 2020. Après la publication d’un chiffre d’affaires du premier semestre en croissance de 3,5% (-0,9% à périmètre comparable) à 1,9 milliard d’euros, le résultat net ressort à 73 millions d’euros en baisse de 36%. « Le premier semestre 2020 a été tout à fait exceptionnel de par l’ampleur inédite de la crise sanitaire, mais le groupe a fait preuve d’une solide résilience » a commenté Yves Le Masne, DG d’Orpea. Depuis juillet, l’activité de l’ensemble des établissements a significativement repris, les taux d’occupation sont d’ores et déjà proches de leur niveau d’avant le Covid-19 pour les cliniques de Soins et Suite et Réadaptation et de santé mentale. Pour les maisons de retraite, les nouvelles admissions s’affichent dynamique et les taux d’occupations devraient retrouver leur niveau proche d’avant le Covid-19 dans les 6 prochains mois pour la plupart des pays, sauf détérioration des conditions sanitaires actuelles. Pour rappel, Orpea a réalisé 4 acquisitions depuis le début de l’année qui représentent 220 millions d’euros de chiffres d’affaires additionnels.

Rechute des PMI en France et en Europe

Plusieurs indicateurs avancés (PMI) ont été publiés la semaine passée. L’indice de l’activité globale en Europe est ressorti à 50.1 (48.5 en France) contre 51.7 en août (51.6 pour la France). Rappelons qu’un chiffre en-dessous de 50 signifie une contraction de l’activité. Si les statistiques confirment une légère progression de l’activité manufacturière (51.9 vs 51.7) et donc un rebond, les données liées aux services sont plus contrastées puisque l’indice baisse de 50.5 à 47.6. L’activité de services continue de souffrir du ralentissement de l’économie, en raison principalement du contexte sanitaire ; les secteurs les plus touchés étant bien évidemment le tourisme, l’hôtellerie-restauration et les transports.

Nomination conservatrice à la Cour suprême américaine

Samedi dernier, le président américain a officialisé la nomination d’Amy Coney Barrett à la Cour Suprême. Si la nomination est confirmée, Madame Barrett remplacera la très réputée progressiste Ruth Ginsburg (décédée la semaine dernière à 87 ans). Donald Trump accumule une troisième nomination conservatrice depuis son arrivée au pouvoir. Ce choix doit être toutefois confirmé par le Sénat, un vote qui pourrait intervenir une semaine avant l’élection présidentielle (vers le 26 octobre).  Si sa nomination est retenue, elle resterait à vie et porterait à six sur neuf le nombre de juges conservateurs à la Cour suprême. A 48 ans, Amy Barrett est diplômée de l’université Notre-Dame, mère de 7 enfants, catholique pratiquante et membre d’une communauté religieuse (People of Praise). Cette nomination pourrait remodeler les décisions à venir de la Cour Suprême surtout aux sujets de l’avortement, l’accès à la santé ou les droits des minorités. Le président américain fait le pari d’une confirmation « très facile et rapide » au Sénat, les démocrates pourraient protester mais les républicains détiennent 53 sièges sur 100 et une majorité simple est nécessaire pour la confirmation.

Performances hebdo

Les rendez-vous à ne pas manquer