Newsletter du lundi 24 Février 2020

Le coronavirus fait trembler les marchés financiers, Indices PMI européens en croissance

L’impact du coronavirus qui sévit en Chine depuis décembre inquiète les investisseurs de façon croissante, en raison d’une propagation de plus en plus importante à l’extérieur de la Chine (Corée du Sud, Iran, Moyen-Orient, Italie). Les bourses Européennes sont fortement impactées ce lundi, le CAC 40 affiche une chute de 3,6% vers 9h15, -3,8% pour le DAX et -2,7% pour le FTSE. Après l’annonce d’un 4ème décès en Italie et 150 contaminés, la Bourse de Milan chute de 4,04% et les autorités ont décidé de prendre des mesures afin de limiter la propagation comme le report du Carnaval de Venise, ou encore la mise en isolement de 11 villes en Vénétie et en Lombardie. En matière de secteurs, les plus touchés par la baisse sont les transports et loisirs (-5,3%), l’automobile (-4,9%), les matières premières (-5,1%), mais également les valeurs qui dépendent fortement du marché chinois comme LVMH (-4,7%), Accor (-5,3%) ou encore ArcelorMittal (-6,11%).

A contrario, la croissance de l’activité de la zone euro a été plus soutenue qu’attendu, avec un indice PMI composite à 51,6 (contre 51,3 en janvier) ; celui des services qui s’élève à 52,8 (contre 52,5 en janvier) ; et l’indice manufacturier réduit sa contraction (49,1 vs 47,9 en janvier). L’économie de la zone euro a donc réussi à reprendre de l’élan, malgré les nombreuses perturbations liées au coronavirus. En Allemagne, la contraction du secteur manufacturier s’atténue (47,8 vs 45,3) ; en France, l’industrie entre en contraction (49,7 vs 51,1), mais les services augmentent (52,6 vs 51).

Objectifs atteints chez Bouygues et Colas

Le groupe Bouygues a publié ses comptes annuels le 20 février et a confirmé l’atteinte de ses objectifs grâce à des résultats solides, ainsi que l’amélioration de sa marge opérationnelle, portée par ses trois activités et la génération de cash élevée. Le chiffre d’affaires marque une hausse de 7% à 37,9 milliards d’euros, le résultat opérationnel s’améliore de 112 millions d’euros à 1 676 M€, tandis que le résultat net marque un repli de 124 M€, dû à la baisse des produits non courants qui s’élèvent à 20M€ contre 265 en 2018. Cependant, le groupe génère un cash-flow libre en hausse de 234 M€, principalement porté par l’activité Bouygues Telecom (+109 M€). Durant l’exercice, la cession de 13% du capital d’Alstom a permis au groupe de réduire son endettement financier net à 2,2 milliards d’€ (contre 3,6 Mds pour 2018).

Colas a affiché une bonne dynamique commerciale au cours de l’exercice 2019, marquant une augmentation de son chiffre d’affaires de 4% à 13,7 milliards d’euros, portée par la hausse de l’activité routière en France et Colas Rail. Le carnet de commandes augmente de 12% (9,2 Mds €), malgré une diminution en France de 2%, en raison d’un ralentissement des prises de commandes durant la fin d’année avec l’échéance proche des municipales. La part de l’international dans le chiffre d’affaires total continue de progresser (7,1 milliards d’€), pour en représenter 52%.

Augmentation de capital pour Vallourec

Vallourec a présenté ses résultats annuels le 19 février. Philippe Crouzet a indiqué que « la performance de 2019 marque une étape décisive dans le redressement de Vallourec, avec un résultat brut d’exploitation ayant plus que doublé et un flux de trésorerie disponible s’améliorant considérablement ». Depuis 2016, le groupe poursuivait un certain redressement de son FCF en travaillant sur l’amélioration du besoin en fonds de roulement. A fin 2019, le FCF s’élève à -41 M€ (contre –494 M€ en 2018) et le BFR est passé à 106 jours (contre 133 jours en 2016). Vallourec a annoncé vouloir procéder à une augmentation de capital de 800 M€, avec pour objectif de gagner en flexibilité pour faciliter la mise en œuvre son plan stratégique (réduction du levier financier et des charges financières d’environ 50 m€ par an.

Performances hebdo

Les rendez-vous à ne pas manquer