Newsletter du lundi 07 septembre 2020

Le torchon brûle entre Suez et Veolia.

L’entente n’est pas au rendez-vous entre Suez et Veolia, le projet de rachat par Veolia de l’essentiel de la part d’Engie dans Suez est “aberrant pour Suez et funeste pour la France”, estime le directeur général de Suez dans une interview publiée dimanche par le Figaro. L’opération, qu’il qualifie d’opportuniste, sous-valorise les actifs de Suez, porte des risques de casse sociale et sous-estime complètement les problèmes de concurrence et de risques d’exécution, estime Bertrand Camus, ajoutant que « Suez n’a pas besoin de se marier ». Il dénonce une opération hostile.

Renault se réorganise.

Le constructeur automobile Renault a annoncé un projet de réorganisation par marques et non plus par zones géographiques, première pierre d’un plan stratégique qui doit lui permettre de se redresser. Les marques devraient être regroupées autour de quatre «business units» (BU) à savoir Renault, Dacia, Alpine et nouvelles mobilités. Cette restructuration a pour objectif de donner à chaque BU une organisation à la fois plus autonome, plus simple et plus orientée vers les résultats. Aussi, le constructeur entend, via cette nouvelle dynamique, renforcer la cohésion, la motivation et le sentiment d’appartenance des équipes regroupées par marques. Un projet qui requiert désormais une nouvelle organisation en matière de direction : Luca de Meo a vocation à piloter la marque Renault tandis que Denis Le Vot, Directeur régions, commerce et marketing du groupe prendra la tête de Dacia. Par ailleurs, Clotilde Delbos, Directrice financière et Directrice générale adjointe dirigera la marque dédiée aux nouvelles mobilités. Enfin, Cyril Abitboul, Directeur général de Renault Sport Racing, aura pour sa part la responsabilité de la marque sportive Alpine.

France Relance, un plan à 100 milliards.

Jeudi dernier, le premier ministre Jean Castex a présenté le plan  de relance français de 100 milliards d’euros intitulé « France Relance » avec une « priorité absolue » : l’emploi. Sur 100 milliards, 30 seront consacrés au verdissement de l’économie. 11 milliards seront mis sur le transport, dont 4,7 pour la SNCF afin de financer le fret ferroviaire, les petites lignes et le train de nuit qui pourrait faire son grand retour. Près de 7 milliards seront alloués à la rénovation énergétique des bâtiments. Pour réindustrialiser les territoires, le plan mise sur l’amélioration de la compétitivité des entreprises, avec 35 milliards d’euros mobilisés. 35 milliards d’euros sont dédiés à la cohésion sociale et territoriale, incluant 15 milliards pour l’emploi, dont 6,7 milliards déjà annoncés cet été pour les jeunes ou encore 6,6 milliards pour le dispositif d’activité partielle de longue durée. L’impact du plan sur la dette de la France (qui devrait être à 121 % du PIB cette année) sera « presque entièrement résorbé à partir de 2025 » assure Jean Castex.

SoftBank : responsable de la flambée du Nasdaq ?

Faites entrer l’accusé ! Depuis le printemps, les analystes s’interrogeaient sur l’étonnante envolée du cours des actions des valeurs technologiques vedettes du Nasdaq, malgré la persistance de la pandémie de Covid-19. Soupçonnant des manœuvres de mystérieux investisseurs, les experts ont découvert au cours de week-end, dans des articles du « Financial Times » et du « Wall Street Journal », que le japonais SoftBank Group était probablement le principal responsable de cette longue poussée des marchés qui avait pris fin jeudi dernier. Softbank a dépensé des milliards de dollars pour acheter des actions d’entreprises technologiques telles qu’Amazon. Le groupe a également effectué d’importants achats d’options dans les géants de la bourse tels que Netflix et Tesla.

Performances hebdo

Les rendez-vous à ne pas manquer