Newsletter du lundi 05 octobre 2020

La 5G aux enchères en France

Prévues initialement en février dernier, les enchères pour l’attribution des fréquences 5G se sont finalement déroulées la semaine passée. Les 4 opérateurs français se sont partagés les fréquences cédées par l’État pour une période de 15 ans. Dans le détail, Orange obtient le plus gros volume : 90 MHz sur les 310 MHz mis aux enchères, SFR 80 MHz, et enfin Bouygues Telecom et Free pour 70 MHz chacun. Au total, ces enchères permettent à l’État de récupérer un montant de 2,8 milliards d’euros. Orange sort renforcé de cette opération puisque le groupe maintient son avance technologique comme son nombre de clients mobiles estimé à 20 millions soit 1/3 du marché. Les premiers tests en 5G sont attendus d’ici la fin de l’année 2020 en France alors que le déploiement total demandera encore plusieurs années. Le nombre d’antennes 5G devrait ainsi être de 3 000 en 2022, 8 000 en 2024 et 10 500 en 2025.

Korian se renforce dans la santé mentale

Korian souhaite se renforcer dans la santé mentale en négociant le rachat du numéro trois français du secteur, Inicea, auprès du fonds d’investissement Antin. Une période de négociation exclusive va s’ouvrir pour acquérir pas moins de 19 cliniques psychiatriques représentant 1 220 lits et générant 110 M€ de chiffres d’affaires. Cette opération estimée à près de 360 M€ dont 140 M€ d’actifs immobiliers serait financée par une augmentation de capital de 400 M€. En bourse, le cours de Korian a vivement réagi avec une chute de plus de 10% vendredi. Même si la santé mentale présente des caractéristiques intéressantes en matière de rentabilité, les actionnaires redoutent l’effet dilutif de l’augmentation de capital.

Marché automobile : poursuite de la baisse

En septembre le marché automobile français a poursuivi son déclin. Les immatriculations de voiture neuves ont reculé de 3% (168,291 exemplaires) par rapport au même mois de 2019 et ceci malgré l’impact encore sensible des primes à l’achat mise en place cet été. Les constructeurs français affichent un recul plus marqué que le marché : -4,4% chez PSA (tirées par la chute de 32 % de la marque Opel), et -5,8% pour le groupe Renault. Ce dernier pourrait peut-être traduire la volonté annoncée par le nouveau patron, Luca de Meo, de rompre avec un politique de volumes pour redresser les marges. Au total, sur les neufs premiers mois de l’année le marché français recule de 29%. Concernant les objectifs de baisse de CO2 pour 2020, plusieurs constructeurs en sont encore très loin. Selon le dernier rapport de l’International Council on Clean Transportation et à quatre mois de l’échéance, Volkswagen et Daimler ont respectivement 11 et 15 grammes d’écart par rapport à leur objectif alors que PSA-Opel et Renault sont quasiment dans les clous.

Élections américaines : une semaine chargée en news

A un mois de l’élection présidentielle américaine (le 3 Novembre), les nouvelles concernant Donald Trump ont été pléthoriques la semaine dernière. Lundi, le New York Times a publié une étude sur les feuilles d’impôts du président (qui a toujours refusé de les communiquer) et relève qu’il n’a payé que 750$ en 2016 et 2017 au fisc américain et n’a rien payé sur 10 des 15 dernières années. Par ailleurs, ses entreprises sont toutes majoritairement déficitaires. Mardi le premier débat entre les candidats à la présidentielle a été très controversé et s’est résumé en une série d’attaques personnelles. Il a été difficile de discerner les arguments de l’un et de l’autre. Vendredi, l’annonce du diagnostic positif au Covid-19 du président et de plusieurs de ses conseils proches amplifie le climat de forte incertitude. Les marchés s’inquiètent sur le scénario d’une élection contestée avec un résultat serré qui pourrait être annoncé le 4 Novembre. Rappelons en 2000 lorsque il avait fallu attendre le 12 décembre et une décision de la Cour Suprême pour mettre un terme aux recomptes des voix et entériner la victoire de George W. Bush. L’indice S&P 500 avait baissé de plus de 4% sur la période alors que les investisseurs s’étaient réorientés sur des actifs plus sûrs, notamment obligations et or (+12%).

Performances hebdo

Les rendez-vous à ne pas manquer