Newsletter du lundi 26 novembre 2018

Transform & Grow chez Saint-Gobain

Le spécialiste des matériaux de construction a annoncé ce matin une refonte structurelle de son organisation, avec la nomination d’un directeur général délégué et une extension des économies de coûts, alors que le groupe accélère la rotation de son portefeuille. Saint-Gobain va procéder à une inversion complète de son organisation, à partir des pays : la structure du groupe va ainsi s’articuler en quatre entités régionales, à savoir Europe du nord, Europe de l’est, Europe du Sud-Moyen Orient-Afrique, Amériques et Asie-Pacifique, et une entité métier pour les solutions de haute performance. S’agissant de la rotation de son portefeuille, la direction explique qu’elle s’est accélérée. Les cessions d’au moins 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires avant fin 2019 pour un montant d’environ 1 milliard d’euros sont en bonne voie, avec un effet positif attendu sur la marge d’exploitation d’environ 40 points de base. Plus de 10 cessions de tailles variées et de tous secteurs confondus sont en cours et 3 processus significatifs ont déjà été lancés. Outre les 40 points de base de la rotation de son portefeuille, le groupe envisage un effet positif sur la marge d’exploitation d’environ 60 points de base grâce à sa nouvelle organisation et des économies de coûts de 250 millions d’euros d’ici 2021. 50 millions d’euros sont attendus en 2019 et 120 millions d’euros en 2020 en plus du plan actuel d’économie de coûts de 1,2 milliard d’euros sur la période 2017-2020.

Après le Black Friday le Cyber Monday

Aux Etats-Unis, les ventes du Black Friday ont bondi de 23,6% à 6,22 milliards de dollars cette année, un record, selon les chiffres d’Adobe Analytics. Les ventes de smartphones ont dépassé les 2 milliards de dollars sur cette même journée, ce qui pourrait permettre à Apple de reprendre quelques couleurs à Wall Street après sa récente chute. STMicroelectronics, fournisseur d’Apple, gagne plus de 3% en Bourse ce jour. Après le Black Friday, son petit frère le Cyber Monday débarque ce lundi. Cet événement tout droit venu des États-Unis a rapidement été adopté par les Français. Il s’agit ici d’obtenir les meilleurs rabais exclusivement sur Internet. Les enseignes qui participent à cet événement sont de plus en plus nombreuses : Amazon, Cdiscount, Fnac-Darty, Boulanger… Outre-Atlantique, les distributeurs spécialisés dans l’électronique grand public, comme Best Buy, seront particulièrement surveillés. Leurs ventes devraient totaliser 7,8 milliards de dollars pour le Cyber Monday, toujours selon Adobe Analytics.

Le pétrole plonge sous les 60 dollars

Le baril de Brent de mer du Nord est passé sous les 60 dollars vendredi, pour la première fois depuis le mois d’octobre 2017, emporté par les craintes persistantes d’une surabondance de l’offre. L’Agence internationale de l’Energie (AIE) avait en effet annoncé mi-novembre que l’offre mondiale de pétrole dépasserait la demande tout au long de 2019, sur fond d’augmentation de la production alors que la consommation est menacée par le ralentissement de l’économie mondiale. Pour rééquilibrer l’offre, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) devrait en toute logique parvenir à gérer le marché en 2019 en annonçant un accord sur la baisse de sa production à l’issue de la réunion ministérielle prévue le 6 décembre prochain, qui sera sans nul doute scrutée par les marchés.

Coup de mou en zone euro

La croissance de l’activité du secteur privé dans la zone euro a été plus faible qu’attendu en novembre en raison notamment d’une chute des exportations sur fond de ralentissement de l’économie mondiale et de tensions commerciales. L’indice PMI “flash” composite de la zone euro a reculé à 52,4 en novembre, après 53,1 en octobre, son plus bas niveau depuis décembre 2014, alors que les économistes tablaient sur 53,0. Il reste toutefois supérieur au seuil de 50, ce qui suggère une poursuite de la croissance. Ces chiffres décevants, s’ils se confirment, pourraient compliquer la stratégie de la Banque centrale européenne (BCE), qui se prépare à mettre fin le mois prochain à son programme d’achats d’actifs, l’un des principaux instruments utilisés pour soutenir le crédit et l’activité ces dernières années auquel elle a consacré près de 2 600 milliards d’euros.

Les performances de la semaine

Les rendez-vous à ne pas manquer