Newsletter du lundi 22 octobre 2018

Premières publications trimestrielles : pas de demi-mesure pour le marché

Les marchés semblent ne pas vouloir faire dans la demi-mesure en cette ouverture de saison des publications trimestrielles. Quatre sociétés en ont profité ou fait les frais… Jeudi, la Bourse de Paris a été tirée par la flambée de Carrefour et Publicis, qui ont bondi d’environ 9% et 4% respectivement. Les investisseurs ont salué l’accélération de la croissance du géant français de la distribution au troisième trimestre grâce au Brésil et au redressement de l’activité dans l’Hexagone, ainsi que la confiance de la direction sur le bon déroulement du plan de transformation en cours. Publicis a emboîté le pas à Carrefour après avoir annoncé un rebond de la croissance de ses revenus au troisième trimestre, une série de gains de budgets ayant compensé les contre-performances d’une activité de santé, périphérique à son cœur de métier, dont le publicitaire a décidé de se séparer.

A contrario, certaines entreprises ont clairement souffert de la nervosité boursière actuelle qui se traduit par un regain de volatilité depuis plusieurs semaines. Le semencier français Vilmorin a ainsi plongé de plus de 8% jeudi suite à la publication de ses résultats annuels 2017-2018 (exercice décalé) qui ont déçu les investisseurs, tout comme les prévisions pour le nouvel exercice qu’ils jugent trop prudentes. Vendredi, c’était au tour de Bouygues et Michelin de s’attirer les foudres du marché. Le fabricant de pneumatiques a pris les marchés financiers par surprise en annonçant dès jeudi soir, soit avec quatre jours d’avance, son chiffre d’affaires trimestriel mais, surtout, en revoyant à la baisse ses prévisions de marché : le groupe attend désormais un recul des ventes de pneus en fin d’année, en particulier en Europe et en Chine. Le verdit boursier a été sans appel vendredi : -11%. Comme si cela ne suffisait pas, Bouygues a lancé un avertissement sur ses activités Construction et Routes. Le groupe a prévenu que le résultat opérationnel courant de Bouygues Construction devrait accuser une baisse d’environ 140 millions d’euros sur les neuf premiers mois de l’exercice par rapport à la même période de 2017. Même déception du côté de Colas, la filiale leader mondial de la route : son bénéfice opérationnel courant reculera d’environ 25 millions d’euros sur la période. Au final, le conglomérat estime que son résultat opérationnel courant global de 2018 pourrait rester stable ou légèrement s’effriter. En Bourse, la sanction a également été très sévère : le titre a chuté de près de 12%.

Semaine de tous les dangers en Italie

Ce lundi, le Premier ministre italien Giuseppe Conte doit donner des précisions sur son projet de budget à la Commission européenne, après que celle-ci ait fait état d’un dérapage budgétaire « sans précédent » et pointé un risque de « non-conformité grave » avec les règles européennes. Par ailleurs le gouvernement italien, qui a réaffirmé ce week-end son engagement à rester dans la zone euro, attend vendredi le verdict de l’agence Standard & Poor’s. Inquiète des choix de la coalition populiste au pouvoir à Rome, l’agence de notation rivale Moody’s a déjà baissé d’un cran vendredi dernier la note de l’Italie, la plaçant juste au-dessus de la catégorie spéculative (junk bonds). Moody’s classait jusqu’à présent la dette italienne au niveau Baa2 et S&P à BBB, soit parmi les émetteurs de qualité moyenne mais en mesure de faire face à leurs obligations de manière adéquate.

Ralentissement économique en Chine

A l’heure où la guerre commerciale avec les Etats-Unis s’intensifie, l’économie chinoise est marquée par un net ralentissement, avec une croissance de son PIB de 6,5% au troisième trimestre, son rythme le plus lent depuis le premier trimestre 2009. Ce coup de frein survient alors même que les effets de la bataille sino-américaine sont encore largement à venir. Alors que trois des plus hauts responsables chinois se sont efforcés vendredi de rassurer les marchés, Pékin a commencé, dès cet été, à instaurer des politiques de soutien à la demande intérieure. Certaines régions chinoises très tournées vers l’exportation multiplient également les mesures pour aider les entreprises.

Les performances de la semaine

Les rendez-vous à ne pas manquer