Newsletter du lundi 06 juillet 2020

Retour de la confiance aux Etats-Unis et hausse des indices PMI en Europe

Le mois de juin marque une amélioration de l’activité manufacturière dans la zone euro, tout en se maintenant en zone de contraction (47,4 points). Néanmoins, la France se distingue avec un retour en croissance, affichant un indice à 52,3 points après 40,6 en mai, marquant un signe de forte reprise dans les usines.

Du côté des États-Unis, les inscriptions au chômage baissent moins qu’attendu avec une très légère diminution (1 427 millions d’inscrits, contre 1 482 la semaine précédente), et le nombre d’emplois créés (non agricoles) s’élèvent à 4,8 millions (2,7 millions en mai), permettant ainsi un recul du taux de chômage à 11,1% (après 13,3% au mois de mai). Le nombre d’emplois créés constitue un record absolu sur un mois depuis le début du suivi des chiffres de l’emploi par Washington en 1939. Le rapport du Conférence Board sur la confiance des consommateurs affiche également une hausse sur le mois de juin, à 98,1 points (vs 86,6 points en mai). Cependant, ce rebond de l’activité économique aux États-Unis est remis en perspective par le président de la Fed qui s’inquiète d’une possible rechute brutale probable aux US, suite aux nombreux de cas journaliers (plus de 50 000) qui resurgissent dans un grand nombre D’États (principalement dans le sud), obligeant certaines régions à se reconfiner telles que la Floride, le Texas, ou encore l’Arizona.

Reprise timide dans l’aérien

Tandis que le trafic aérien ne reprend pas aussi vite qu’espéré, en raison, notamment, du maintien de nombreuses restrictions aux voyages avec les États-Unis, le Brésil, l’Inde ou encore la Russie, les compagnies et constructeurs du secteur de l’aéronautique continuent d’afficher leurs plans de restructuration. Comme il était convenu, les compagnies aériennes ont augmenté, à partir du 1er juillet, leur offre par rapport au mois de juin : +84% pour Air France ; +215% pour EasyJet ; +607% pour Vueling et +1 905% pour Ryanair, mais la clientèle n’a pas suivi ces proportions puisque le niveau des réservations en juin était encore inférieur de 77% en comparaison à juin 2019. Les prévisions pour le mois de juillet sont en amélioration, bien que toujours négatives, à un niveau de 40% par rapport à juillet 2019 et 50% sur la première semaine d’août, qui est la plus chargée de l’année. Les effets de la crise du Covid-19 sur l’activité du secteur aérien, ainsi que la faible reprise et l’estimation d’un retour à un niveau normal pas avant 2023 ont contraint les différents acteurs à mettre en place des plans sociaux, malgré le plan de relance annoncé par le gouvernement. Ainsi, Air France a annoncé la suppression de 7 500 postes d’ici à 2022, ou encore Airbus qui prévoit 15 000 emplois supprimés, dont 5 000 sur la France (soit 10% des effectifs).

Lacroix Group affiche une activité stable au premier semestre

L’équipementier technologique Lacroix a publié, la semaine passée, ses résultats pour le premier semestre de l’année 2019-2020, affichant une activité stable à 238,7 M€, ainsi qu’une bonne résistance de l’EBITDA (12,3 M€ vs 12,1 au premier semestre 2018-2019), malgré la crise du Covid-19. Le semestre a bénéficié d’un premier trimestre en progression de 7,6%, ainsi que d’une continuité de la croissance en janvier-février, avant de décroître à partir du mois de mars, impactant le deuxième trimestre qui finit en baisse de 7,5%. La perte d’activité est estimée à 17M€, le ROC recule de 22% et le résultat net de 44%.Néanmoins, la structure financière du groupe est en amélioration avec un gearing à fin mars qui s’élève à 0,4, ce qui permettra au groupe de poursuivre sa stratégie de développement (par M&A principalement). Lacroix a également annoncé un changement de date de clôture d’exercice pour arriver au 31 décembre (vs 30 septembre actuellement). En termes de prévisions, le groupe prévoit un CA de 433 M€ (vs 515 estimé), intégrant la baisse de CA de plus de 60% en avril et de -40% sur le mois de mai.

Performances hebdo

 

Les rendez-vous à ne pas manquer