Newsletter du lundi 4 février 2019

Des revenus solides pour Elis et Figeac Aero

Elis, groupe de blanchisserie industrielle, a réalisé une croissance organique meilleure que prévu au quatrième trimestre, en dépit d’un léger impact du mouvement des Gilets jaunes sur son activité en France en décembre (environ 1,5 millions d’euros de manque à gagner). Les revenus de ce dernier trimestre ressortent à 788,7 millions d’euros, en hausse de 3,3% sur une base pro forma qui inclut les chiffres du britannique Berendsen pour l’année 2017. La croissance a notamment été soutenue par un environnement favorable sur les marchés historiques du groupe en France et en Europe continentale. Au Royaume-Uni, les mesures pour améliorer la qualité de service ont porté leurs fruits et ont permis au groupe de dégager une croissance organique de 0,5% sur le trimestre. Néanmoins, la croissance organique a ralenti en Amérique latine en raison de la baisse de l’inflation au Brésil et du non-renouvellement de quelques contrats dans le secteur de la santé. Sur l’ensemble de l’année 2018, le chiffre d’affaires d’Elis a atteint 3,13 milliards d’euros contre 2,19 milliards d’euros en 2017. Concernant les anticipations du groupe pour l’année 2019, elles seront connues lors de la publication des résultats annuels, le 7 mars prochain.

Le sous-traitant aéronautique lotois Figeac Aero a réalisé au troisième trimestre 2018/19 un chiffre d’affaires consolidé de 111,9 millions d’euros (exercice décalé). La hausse du chiffre d’affaires s’élève à 14,2 millions soit près du double comparé à la même période de l’exercice précédent (à périmètre et taux de change constants la progression est de 12,2 millions). Les actions en matière de génération de cash qui agissent notamment sur une réduction du BFR continuent de porter leurs fruits et permettent au groupe de présenter au 31 décembre 2018 des free cash-flow positifs. Sur les 9 premiers mois de 2018/19, Figeac enregistre une progression de 46,2 millions de son chiffre d’affaires à 314 millions, les principaux programmes aéronautiques moteurs de la croissance étant l’A350 (+13%), le moteur LEAP (+121%), l’Embraer E2 (+83%) et le B787 (+68%). L’ensemble de ces augmentations de cadences contribuent à la bonne performance trimestrielle de l’activité Aérostructures (+12%) et de l’activité Mécanique Générale et Chaudronnerie (+200%). La dynamique commerciale au 31 décembre 2018 permet à Figeac de confirmer un chiffre d’affaires minimum de 425 millions au 31 mars 2019. Confiant dans son plan de marche à moyen terme, le groupe réaffirme son ambition d’atteindre 520 millions de revenus en 2020 et 650 millions en 2023.

Ton plus accommodant pour la Fed

Comme prévu, la Réserve fédérale américaine a maintenu ses taux directeurs dans une fourchette de 2,25% à 2,5%. Plus surprenant, elle a retiré de son communiqué le passage concernant « de nouvelles hausses graduelles » des taux d’intérêt en indiquant au contraire qu’elle se montrerait « patiente », sans explicitement exclure d’éventuels resserrements monétaires. Concernant la taille du bilan de la Fed, elle sera « fonction des développements financiers et économiques ». Son président Jerome Powell a souligné que l’incertitude liée aux négociations commerciales avec la Chine et la possibilité d’un second shutdown à partir du 15 février pourraient avoir un impact économique durable en raison d’une potentielle perte de confiance. Il y a encore quelques mois, la Fed semblait déterminée à procéder à trois hausses de taux en 2019, puis à une autre en 2020.

Créations d’emplois dynamiques aux US

Le shutdown de l’administration américaine en janvier a fait grimper le taux de chômage aux Etats-Unis mais n’a pas entamé le dynamisme du marché du travail, où les embauches ont encore été particulièrement soutenues. Le taux de chômage a progressé de 10 points de base à 4% en janvier, au plus haut depuis 7 mois, notamment à cause de la mise au chômage forcé de milliers de fonctionnaires pendant l’impasse budgétaire du shutdown. Le marché du travail est toutefois resté très dynamique avec 304 000 créations d’emplois, un sommet depuis un an. C’est bien au-dessus des prévisions des analystes qui misaient sur 160 000 embauches et un taux de chômage stable à 3,9%. Ces nouvelles embauches massives scellent le record de 100 mois d’affilée de créations d’emplois Outre-Atlantique.

Performances hebdo

Les rendez-vous à ne pas manquer