Newsletter du lundi 30 novembre 2020

Pierre & Vacances confiant sur son positionnement

Pierre & Vacances, leader européen des résidences de loisirs et propriétaire des marques Center Parcs, Adagio, Maeva etc., a publié ses résultats annuels au titre de l’exercice 2019-2020, marqués par l’impact de la crise sanitaire. La perte nette part du groupe s’élève à 336,2 millions d’euros (vs 33 millions d’euros de perte au cours de l’exercice précédent), pour un chiffre d’affaires en baisse de 22% à 1,3 milliard d’euros. Cependant, le management reste optimiste sur le long terme avec une capacité de rebond grâce à la poursuite de la mise en œuvre de la nouvelle stratégie. Dans le détail, le résultat opérationnel courant affiche une perte de 171,5 millions d’euros (vs un gain de 30,9 millions d’euros lors de l’exercice précédent), impacté principalement par l’activité Tourisme (90% du ROC du groupe) avec une perte de ROC de 155,3 millions d’euros. Afin de limiter la perte de chiffre d’affaires sur la rentabilité, le groupe a mis en place diverses mesures d’économies, telles que des négociations sur les loyers (70 M€) ; le recours au chômage partiel (40 M€) ; l’adaptation des charges sur sites (40 M€) et des économies sur les achats (8 M€).La bonne saison estivale conforte le groupe sur son positionnement en tant qu’opérateur de tourisme de proximité et prévoit un retour aux bénéfices pour 2022. En termes de liquidités, Pierre & Vacances dispose de 450 millions d’euros, ainsi qu’un prêt garanti par l’Etat (PGE) de 240 millions d’euros. Le premier semestre de l’exercice 2020-2021 devrait être impacté par la seconde vague de l’épidémie, notamment, avec le décalage de l’ouverture des stations de ski.

Renforcement du capital pour Touax

Le groupe Touax, spécialiste de la vente et location d’équipements logistiques (tels que les wagons de fret, barges fluviales et conteneurs) a annoncé le succès de l’opération de rachat et annulation partielle de ses titres super-subordonnés à durée indéterminée (TSSDI) émis en août 2013, novembre 2013 et mai 2014, pour un montant nominal de 24,2 millions d’euros. A la suite de cette opération, le montant nominal de titres restant en circulation s’élève à 26,6 millions d’euros. L’objectif de cette opération va permettre au groupe d’optimiser la structure de capital, ainsi qu’abaisser les charges afférentes.

Chine : remise pleinement de la Covid

Les indices PMI pour le mois de novembre en Chine ont été publiés ce matin et laissent penser que l’économie chinoise pourrait être la première puissance majeure à se remettre pleinement des dégâts de la crise du coronavirus. L’activité du secteur manufacturier est remontée à 52,1 (contre 51,4 en octobre) au plus haut depuis septembre 2017. Dans le secteur des services, l’activité continue de croître pour le 9ème mois consécutif et ressort à 56,4 (contre 56,2 en octobre). Le faible nombre des nouvelles infections au coronavirus a permis d’améliorer de manière substantielle la confiance des consommateurs.

 France : croissance du 3ème trimestre revue à la hausse

Vendredi dernier l’Insee a révisé à la hausse son estimation de croissance de l’économie française au troisième trimestre à 18,7% (vs 18,2% publié initialement). Le PIB reste toutefois inférieur de 3,9% à son niveau du T3 2019. Ce trimestre a été marqué par le déconfinement et les vacances d’été.  Les dépenses de consommation des ménages ont fortement augmenté (+17,9% vs -11,4% au T2) et se rapprochent ainsi de leur niveau d’avant-crise. Depuis octobre, avec le couvre-feu et le reconfinement décidé par le gouvernement, l’activité baisse fortement, en recul de 13% en novembre. Sur l’ensemble de l’année 2020, l’Insee table sur une récession comprise entre 9 et 10% et une reprise de 6% en 2021.

USA : Janet Yellen nommé secrétaire au Trésor

La première « patronne » de la FED (la très puissante banque centrale américaine) entre 2014 et 2018 va devenir la 1ère femme à occuper le poste de secrétaire au Trésor américaine. Les marchés financiers ont très bien accueilli cette nomination. Elle est réputée pour être une « colombe », du nom des adeptes d’une politique monétaire accommodante et dans une Amérique divisée en deux camps difficilement réconciliables, Janet Yellen semble la candidate idéale pour faciliter les discussions sur le futur plan de relance au Congrès.

Performances hebdo 

Les rendez-vous à ne pas manquer