Newsletter du lundi 22 mars 2021

BEL : Cession de Leerdammer et sortie de cote

Le fromager BEL, propriétaire de plusieurs marques phares telles que La Vache qui rit, Babybel ou encore Pom’Potes, va retrouver la totalité de son capital après la cession de la marque Leerdammer à Lactalis contre 23,1% de son capital. La part du capital détenue par Lactalis est estimée à 700 millions d’euros, en échange, Lactalis récupère la totalité de Leerdammer, les activités de Bel en Ukraine, ainsi que sa marque locale Shostka, mais prend également le contrôle des activités de Bel en Allemagne et en Italie (pays où Bel réalise l’essentiel du chiffre d’affaires de Leerdammer). A la suite de cette opération, il restera un flottant de 4,5%, sur lesquels, BEL a prévu de lancer une OPRA au prix de 440€ l’action (soit une prime de 28%) afin de sortir Bel de la Bourse. Le groupe Bel entend se positionner en leader sur le marché du « snacking sain » à travers un portefeuille équilibré entre Fromage, Végétal et Fruit. Le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 3,4 milliards d’euros, pour une valorisation boursière de 2,56 milliards d’euros.

Bonne publication pour Iliad

Le groupe de télécommunication Iliad créé par Xavier Niel et connu pour ses activités d’opérateur téléphonique (Free) a publié ses résultats annuels 2020 mardi dernier. Le communiqué révèle un bon rebond de l’activité et un retour de la croissance en France. Le groupe se félicite du fort déploiement de son réseau et envisage une envergure européenne dans les prochaines années. Le chiffre d’affaires est ressorti en hausse de +10% à 5.87 Mds € et le résultat net à 420 M€. Le groupe confirme avoir des réserves de liquidité suffisantes pour couvrir ses échéances de dettes pendant les 2 prochaines années. De plus, Iliad poursuit ses objectifs de neutralité carbone d’ici 2035 suivant 10 grands engagements.

Les banques centrales créent la surprise

Les banques centrales du monde entier ont communiqué sur leurs directives de politiques monétaires. L’intérêt a été aussi de rassurer les investisseurs sur les craintes de hausse des taux obligataires. Jerome Powell, le président de la FED a ouvert le bal mercredi. Celui-ci a confirmé les bonnes perspectives de la reprise économique aux États-Unis, rassurant le marché et n’a pas modifié les taux directeurs de la banque centrale malgré les craintes de remonter trop rapide de l’inflation. De plus, la Fed a créé la surprise vendredi en indiquant qu’elle n’allait pas prolonger le levier des capitaux propres par la dette pour les banques. Ces dernières ont donc clôturé dans le négatif tandis que le secteur technologique a fini dans le vert. La banque centrale d’Angleterre (BoE) a annoncé jeudi laisser ses taux inchangés. En Asie, dans la nuit de vendredi, la banque centrale du Japon (BoJ) a décidé d’annuler son objectif d’achats d’ETF actions. En Turquie, la livre subit de nouveau des attaques après que le président Erdogan ait limogé le gouverneur de la banque centrale du pays. Celui-ci avait décidé de monter fortement les taux directeurs dans le but de restreindre la hausse des prix.

Nouvelles déconvenues pour le secteur automobile

Le secteur automobile a subi de nouvelles déconvenues en France et en Europe après que de nouvelles mesures sanitaires aient été prises dans plusieurs pays sur fond de crise sanitaire. Une nouvelle baisse des ventes de véhicules neufs en Europe sur le mois de février a été annoncée la semaine passée. En moyenne, les immatriculations ont diminué de 20.3% à 850 170 véhicules par rapport à février 2019. Plus précisément, en Espagne les ventes ont baissé de 38%, en France de 21%, en Allemagne de 19% et en Italie de 12%. De surcroît, une usine de puces électroniques a brulé au Japon, cela n’a pas arrangé le secteur qui fait déjà face au manque de semi-conducteurs.

Performances hebdo 

Les rendez-vous à ne pas manquer