Newsletter du lundi 21 octobre 2019

Chine : ralentissement du PIB, Introduction en Bourse : la Française des Jeux

La croissance économique de la Chine a ralenti plus que prévu au troisième trimestre. Le produit intérieur brut (PIB) ressort en progression de 6,0% (par rapport à +6,2% publié au deuxième trimestre). Il a atteint son rythme le plus faible depuis près de trois décennies et ceci malgré les efforts du gouvernement pour soutenir l’économie. La plupart des analystes estiment que les possibilités de relance agressive sont limitées, ceci au regard d’une économie déjà endettée;  les cycles d’assouplissement précédents ont entraîné une forte hausse des prix dû logement. Dans un contexte de guerre commerciale avec Washington, le relantissement est principalement dû à la faiblesse des industries liées à l’exportation, et en particulier le secteur manufacturier. La demande intérieure ne permet pas de compenser cette décélération. La pression à la baisse sur l’économie chinoise devrait se poursuivre et la croissance économique du quatrième trimestre pourrait à nouveau ralentir à près de 5,9% selon certains analystes.

Les périodes de fortes incertitudes compliquent le marché des introductions en bourse (IPO). Depuis le début de l’année, le nombre d’IPO dans le monde a reculé de 26% et en Europe le bilan ressort à -40%. Ce sont les sociétés les plus solides qui peuvent se présenter au marché pendant ces périodes. Aujourd’hui, la Française des Jeux, numéro deux européen de la loterie, prépare son introduction en bourse. Le groupe a déposé son document de base auprès de l’AMF (Autorité des marchés financiers) le 17 octobre. Après  la période de souscription prévue du 7 au 19 novembre, une première cotation pourrait intervenir le 21 novembre. Le prix n’est pas encore connu, toutefois l’Etat annonce céder 52% du capital pour passer de 72% à 20%. Avec des croissances régulières, une rentabilité élevée et une politique de dividendes généreuse, la FDJ devrait être très appréciée des investisseurs.

ITS Group : OPA en vue

ITS Group, une entreprise de services du numérique spécialisée dans l’accélération de la transformation digitale, a annoncé jeudi soir un projet d’offre publique d’achat simplifiée, suivie le cas échéant d’un retrait obligatoire, sur les actions d’ITS Group pour un prix d’offre par action de 6,62€. Le prix d’acquisition proposé dans le cadre de l’offre représente une prime de 50,8% sur le cours de clôture de jeudi et une prime de 47,33% sur le cours moyen pondéré par les volumes à 3 mois. Ce projet d’opération intervient à la suite d’un processus initié par Monsieur Jean-Michel Bénard (PDG du groupe) qui a signé un accord entre les principaux actionnaires. Ces derniers apportent leur participation dans une holding commune qui détiendrait 51,56% du capital et 51,36% des droits de vote de la société. Cette opération permet à Mr Bénard de prendre le contrôle d’ITS Group et de financer le projet d’Offre. Ce lundi, le cours affiche une hausse de 45,79% à 6,4 €.

Thales : Déception sur la croissance

Thales, spécialiste de la fabrication et de la commercialisation d’équipements et de systèmes électroniques destinés au secteurs de l’aérospatial, du transport, de la défense et la sécurité, a revu en baisse son objectif de croissance organique pour 2019. Le groupe table désormais sur une croissance de chiffre d’affaires de l’ordre de 1%, contre une fourchette de +3% à +4% auparavant, et annonce être particulièrement pénalisé dans le secteur Aérospatial, mais aussi Défense. L’activité du 3eme trimestre ressort à 4,22 milliards d’euros en progression de 23,4%, toutefois à +0,9% à données comparables. Le titre a perdu 5,44% vendredi avec un cours de clôture à 89,98 €.

Performances hebdo

Les rendez-vous à ne pas manquer