Newsletter du lundi 21 juin 2021

Une hausse des taux plus rapide que prévue selon la FED

La semaine dernière, la FED (Réserve Fédérale Américaine) annonçait une première hausse des taux dès 2023, et non 2024 comme prévu initialement. Vendredi, le président de la Réserve Fédérale de Saint-Louis, James Bullard, déclarait cette hausse des taux, dès l’année prochaine, afin de contenir une inflation plus élevée qu’attendu, et donc plus durable. Ces annonces ont fortement pesé sur les marchés. Wall Street a enregistré sa pire semaine en quatre mois, le CAC 40 reculait vendredi de 1,46%, Francfort perdait 1,78%, et Londres affichait -1,90%. Jerome Powell, a poursuivi son discours par l’amorce d’un débat sur une future réduction des achats d’obligations sur les marchés, pour un montant qui reste fixé pour le moment à 120 milliards de dollars. Des annonces sont attendues cette semaine par des membres de la réserve fédérale ainsi que des réunions pour continuer d’évaluer les progrès de l’économie vers les objectifs, a déclaré le président de la FED.

Une forte demande de pétrole à venir

Avec les améliorations du contexte économique mondial (soutenu par la vaccination massive), la réouverture des commerces et des échanges ainsi que la saisonnalité, les analystes de l’OPEP anticipent une forte demande de pétrole pour le reste de l’année. L’Arabie Saoudite va augmenter à nouveau sa production, tandis que l’Iran pourrait accuser des retards dans ses livraisons. La reprise avait été retardée par une nouvelle vague en ce début d’année, mais la croissance de la demande est restée tout de même constante. L’OPEP prévoit une demande de 99 millions de barils par jour au second semestre contre 94 durant le premier, principalement dû à une augmentation de la mobilité et la consommation de carburant. Le baril de Brent à Londres progresse de 0,3% à 73,73 dollars et le WTI américain avance de 0,38% à 71,91 dollars.

Showroomprivé rembourse l’intégralité de son PGE

L’acteur européen de la vente en ligne, Showroomprivé, a annoncé le remboursement intégral de son PGE (Prêt Garanti par l’Etat), d’un montant de 35 millions d’euros. Le Groupe a complètement optimisé sa structure financière en ce début d’année, après un chiffre d’affaires au premier trimestre 2021 en hausse de 51%, la bonne mise en place de sa Marketplace, et la puissance de sa plateforme soutenue par plus de 25 millions de membres. Le remboursement du PGE ne présente aucun impact sur la trésorerie nette du Groupe, ce qui lui permettra d’optimiser le coût de son financement.

Vivendi cède 10% du capital d’UMG

Le 21 juin marque le premier jour de l’été, et la célébration de la fête de la musique. Vivendi progresse de 0,52% ce jour, suite à l’annonce de la cession de 10% du capital d’Universal Music Group (UMG) au Spac de l’américain Bill Ackman, Pershing Square Tontine Holdings (PTSH). L’opération s’est réalisée sur la base d’une valorisation d’UMG à 35 milliards d’euros, pour une finalisation le 15 septembre. UMG, qui a déjà vu rentrer à son capital le Groupe Tencent pour 20%, est fier d’attirer des grands investisseurs américains. Suite à cette opération, Vivendi ne détiendra plus que 10% d’Universal Music. L’assemblée générale qui se déroulera le 22 juin, évoquera les sujets relatifs à la distribution de 60% du capital d’UMG à ses actionnaires, ainsi que sa cotation future sur le marché d’Euronext Amterdam.

Performances hebdo

Les rendez-vous à ne pas manquer