Newsletter du lundi 18 janvier 2021


PIB Chinois et Bourses asiatiques

Cette nuit ont été publiés, d’une part en Chine le PIB réel du 4ème trimestre, les indices de production industrielle et de vente au détail tous deux de décembre, d’une autre la production industrielle de novembre au Japon. La Chine a sans surprise connu une croissance du PIB sur 2020 meilleure qu’attendue, à +2.3%.  La croissance du 4ème trimestre rejoint ses niveaux d’avant crise sanitaire, soit +6.5% face à un consensus de +6.1%. L’indice CSI 300 représentant les plus grosses capitalisations chinoises a progressé de 1.1%. En revanche, la bourse de Tokyo (Nikkei 225) a perdu presque 1% clôturant à 28 242.21 points. Les investisseurs ont privilégié la prise de bénéfice sur les valeurs technologiques tout comme aux États-Unis vendredi dernier. Le marché japonais a fortement progressé depuis mars 2020. Il affiche une hausse de presque 40% et retrouve ses plus hauts depuis 30 ans

Préparation de l’investiture de Joe Biden

Le monde politico-économique reste le regard braqué sur les États-Unis suite à l’intrusion du Capitole par les partisans de Trump. Washington prépare l’investiture de son nouveau président Joe Biden ce mercredi tandis que les démocrates proposent la destitution de Donald Trump. Dans les premières tâches de son mandat, Biden entend réintégrer l’accord de Paris sur le climat, faire voter son plan de relance de 1 900 milliards de dollars (aides aux chômeurs et soins), poursuivre avec intensité la vaccination et lever l’interdiction d’entrée sur le territoire américain de certains pays imposée par Trump.

Carrefour approché par Couche-Tard

La semaine passée, le groupe Carrefour s’est fait approcher par le distributeur québécois Couche-Tard pour un prix proposé de 20€ par action, soit une opération à 16 milliards d’euros. Le géant des supérettes canadiennes réalise un chiffre d’affaires inférieur à celui de Carrefour (44 milliards € contre 80 milliards pour Carrefour), mais se révèle être deux fois mieux valorisé que le Français, grâce à un modèle d’affaires qui offre des marges plus importantes. La nouvelle a été plutôt bien appréciée par les investisseurs français puisque le cours de bourse de Carrefour s’envolait de +13%, à l’inverse de Couche-Tard qui cédait 12% en deux séances. Mais l’État français a mis un frein aux récentes discussions, imposant un « non définitif » de la part de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, invoquant « la sécurité de l’approvisionnement alimentaire protégée par décret ». Malgré une visite à Paris des dirigeants du groupe Couche-Tard, le fondateur Alain Bouchard et le directeur général, Briann Hannash, accompagnée d’une présentation du projet promettant 3 milliards d’euros d’investissement sur cinq ans, ainsi qu’un partage des commandes entre les PDG des deux groupes, l’Etat français n’est pas revenu sur sa décision. Actuellement, Couche-Tard et Carrefour indiquent poursuivre leurs discussions afin de créer divers partenariats

Suez poursuit la recherche de son chevalier blanc

Depuis la prise de participation de Veolia dans Suez, son principal concurrent, à hauteur de 29,9% du capital en octobre dernier, Suez a œuvré contre cette opération, en logeant notamment l’essentiel de ses activités françaises dans une fondation pouvant être cédée sans consentement du conseil d’administration. Le premier fonds français Ardian (ex AXA Private Equity) s’est associé au fonds américain GIP, avec une offre à 18€ par action à tous les actionnaires de Suez, sous condition d’un accord de la part de Veolia. La direction de Suez a validé à l’unanimité ce projet qui offre un prix de sortie à tous les investisseurs et n’entraîne pas la constitution d’un quasi monopole dans les services aux collectivités.

Performances hebdo

Les rendez-vous à ne pas manquer