Newsletter du lundi 16 septembre 2019

Bouygues s’allège, des résultats en béton pour Herige

Le groupe Bouygues a annoncé mercredi soir après bourse la vente partielle de sa participation dans Alstom. Cette cession représente 13% du capital du spécialiste du transport ferroviaire sur les 27,7% que le groupe de BTP, télécoms et médias possédait. Cette transaction a bénéficié à des investisseurs institutionnels qui ont réalisé l’opération au prix de 37 € l’action alors que le cours avait clôturé à 39,30 € mercredi. Premier actionnaire d’Alstom, Bouygues avait acquis cette participation auprès de l’Etat français en 2006. Ce retrait est notamment motivé par l’échec du rapprochement entre Alstom et Siemens que Bouygues soutenait mais qui a été bloqué par la Commission européenne. Cette cession va rapporter un peu plus d’un milliard, soit une plus-value de 600 millions d’euros. Ce montant devrait principalement être affecté au désendettement. A l’issue de cette opération, Bouygues demeure le premier actionnaire avec 14,7% du capital.

Herige (ex VM matériaux), spécialiste du négoce de matériaux de gros et second œuvre a publié des comptes semestriels marqués par une forte amélioration de ses résultats. Sur le premier semestre, le chiffre d’affaires a progressé de 4,9%, à 325,7 M€. Une météo favorable explique cette dynamique, non seulement pour l’activité Négoce de matériaux mais aussi l’industrie du béton. Sur les premiers mois, on constate aussi une hausse sensible de la marge qui ressort à 37,4%. En conséquence, l’Ebitda s’améliore nettement à 16,6 M€, en croissance de 52,3%. Le résultat net affiche un  bénéfice de 4,9 M€, à comparer avec 1,2 M€ au 30 juin 2018. La société indique que le marché reste « globalement correctement orienté » et que la société pourrait bénéficier de l’impact favorable de 3 nouvelles centrales à béton acquises en avril dernier et basées à Quimper, Rédéné et Carhaix (Finistère Sud).

La BCE à la relance

Mario Draghi, encore patron de la Banque Centrale Européenne jusqu’à fin novembre avant de passer la main à Christine Lagarde a annoncé une salve de mesures destinées à soutenir la croissance et l’inflation en Europe. A partir du 1er novembre, la BCE s’engage à acheter jusqu’à 20 Mds € par mois d’obligations. Le montant est inférieur aux attentes mais cette action est envisagée pour une durée indéterminée. Par ailleurs, la BCE, a également annoncé la baisse du taux de dépôt à -0,50% afin d’encourager les banques à faciliter l’accès au crédit. Un taux négatif correspond à une taxation dont le coût est estimé à 7,5 Mds € depuis le début de l’année. La banque centrale a décidé de faire un geste afin de ne pas trop pénaliser les établissements de crédit en introduisant un mécanisme d’exonération partielle d’une part et en lançant un nouveau programme de prêts à long terme (LTRO) sur 3 ans à taux négatif d’autre part.

Flambée historique du pétrole

Samedi dernier, deux installations pétrolières en Arabie Saoudite appartenant au groupe Aramco ont été frappées par des drones. Le premier site est la plus grande usine de traitement de pétrole de l’entreprise et le second, l’un des principaux champs de pétrole. La production de l’Arabie Saoudite a chuté de moitié, soit plus de 5 millions de barils par jour ou encore 6% de la production mondiale. En conséquence, le Brent (référence européenne de pétrole brut ) a explosé à la hausse de plus de 20% lors de la reprise des échanges, du jamais vu depuis sa création en 1988.L’attaque a été revendiquée par des rebelles yéménites, les houthis, engagés dans une lutte contre le pouvoir en place au Yémen. Surtout, ces rebelles chiites bénéficient d’un fort soutien de l’Iran. De quoi raviver de fortes tensions entre les deux principales puissances de cette région. Le risque d’une riposte est réel, d’autant que les Etats-Unis ont vivement réagi à cette attaque en accusant l’Iran d’être à la manœuvre. Le Président américain a ainsi déclaré que les USA étaient prêts à répliquer.

Performances hebdo

Les rendez-vous à ne pas manquer