Newsletter du lundi 15 février 2021

Universal Music Group se prépare à une cotation indépendante

Vivendi, détenteur à hauteur de 80% du leader mondial de la musique, Universal Music Group (UMG), a annoncé ce week-end son souhait de distribuer 60% du capital d’UMG à ses actionnaires, et ainsi ressortir la valeur d’UMG en la cotant à la bourse d’Amsterdam. L’année dernière, Vivendi avait déjà cédé 20% du capital d’UMG à un consortium mené par Tencent pour une valorisation de 30 milliards d’euros, soit 19x l’EBITDA. Pour l’heure, avec un niveau soutenu du secteur de la musique, la valorisation d’UMG devrait être plus élevée, à hauteur de 25x son EBITDA 2021e, comme c’est le cas pour Warner Music Group, soit environ 33 milliards d’euros (après prise en compte de l’effet décote de holding et autres éléments). A la suite de cette opération, la répartition du capital d’Universal serait la suivante : 20% par Vivendi (détenu à 30% par Bolloré), 20% par Bolloré, 20% par Tencent et 40% par les actionnaires actuels de Vivendi. La nouvelle a été bien accueillie en bourse avec une hausse de plus de 20% du cours de Vivendi et plus de 18% pour Bolloré. L’utilisation du cash par Vivendi n’est pas définie, plusieurs hypothèses ressortent avec Europe1, M6 via sa filiale radio RTL, ou encore l’éditeur Hachette détenu par Lagardère.

Herige : bonne dynamique au second semestre sur l’ensemble des activités

Herige, spécialiste du négoce de matériaux et de construction béton, a publié un chiffre d’affaires annuel 2020 marqué par des ventes en forte hausse au 4ème trimestre à +10,5% (168,6 millions d’euros). Dans le détail des activités, tous les métiers du Groupe ont bénéficié de la dynamique du 4ème trimestre avec une hausse de 7,7% pour l’activité Négoce, +19,3% pour l’Industrie du Béton et +10,8% pour la Menuiserie industrielle. Sur l’année, le Groupe affiche un chiffre d’affaires de 600,4 millions d’euros, en repli limité de 3,5%. Au cours de l’année, HERIGE a suivi une gestion rigoureuse de ses charges et investissements, et confirme que les effets de la crise économique et sanitaire sur sa rentabilité et sa trésorerie seront ainsi limités.

Focus sur le Japon

Nouveau plus haut depuis plus de 30 ans pour l’indice Japonais Nikkei 225. Ce dernier a clôturé ce matin au-dessus de 30 000 points à exactement 30 084.15 avec une variation de +1.91% sur la séance. La dernière fois que l’indice avait touché ce niveau était le 2 août 1990 tandis que son record historique était en 1989 aux alentours de 38 915 points. Les raisons poussant le marché japonais sont nombreuses. Premièrement, les injections de liquidités sur l’année 2020 ont profité au marché. Deuxièmement, le plan de relance américain de 1 900 milliards de dollars US proposé par le nouveau président Joe Biden a été voté (mais reste en attente de sa mise en place). Troisièmement, les autorités sanitaires japonaises viennent de valider ce dimanche le premier vaccin (Pfizer-BioNtech) contre le coronavirus. Le gouvernement Japonais envisage de vacciner uniquement dans un premier temps les professionnels de santé.

Record historique des investissements en bourse

Suite au phénomène GameStop où les petits porteurs ont tenu tête aux plus grands fonds d’investissements vendeurs à découvert, le marché a connu la semaine dernière son plus gros afflux de liquidités depuis 2003. D’autres raisons ont poussé à l’investissement en bourse comme l’amélioration de la situation sanitaire suite à la vaccination, le plan de relance américain, les bonnes statistiques macroéconomiques, les bons résultats financiers des entreprises, le retour de la visibilité… Les investisseurs particuliers se sont principalement orientés vers des fonds de société de gestion pour faire fructifier leur épargne avoisinant les 50 milliards déposés sur la semaine.

Performances hebdo

Les rendez-vous à ne pas manquer