Newsletter du lundi 03 août 2020

Verallia en bénéfice malgré la crise

Le groupe Verallia, numéro trois mondial du verre d’emballage a annoncé une baisse de ses  ventes pour un montant de 1 275 millions d’euros, en repli de 4.1%. Cependant, le groupe a publié un résultat net de 79,3 millions d’euros au premier semestre 2020, représentant une hausse de 10,6% par rapport à l’an passé. Michel Giannuzzi, PDG de Verallia, a souligné le «recul contenu» du chiffre d’affaires et la résistance de la performance opérationnelle avec une marge d’Ebitda ajustée de 23,4% (contre 23,5% un an auparavant). La bonne tenue de l’Ebitda est notamment liée au plan d’amélioration de la performance industrielle, a signalé le groupe. Dans ses perspectives, Verallia estime que le deuxième trimestre devrait marquer un point bas en termes de volume de ventes et s’attend à une dynamique plus favorable dans les trimestres à venir.

Résultats Korian

Le groupe Korian a réalisé un chiffre d’affaires au premier semestre de 1 876,5 millions d’euros, en progression de 6,2% sur un an. La croissance organique est en hausse de 1% mais le résultat net est en repli de plus de 66%. C’est en France et en Espagne que chiffre d’affaires croît le plus, 6,1% contre 6,4% l’an passé. En Italie, le chiffre d’affaires recule sur le semestre de -1,2%, du fait notamment de l’interruption complète et non compensée de l’activité des cliniques et centres de consultation. Le Groupe s’attend à une activité soutenue au 2ème semestre 2020 et prouve sa résilience. Toutefois, compte tenu des incertitudes liées au contexte sanitaire, il ne pourra donner ses objectifs de chiffre d’affaires et de marge pour l’année lors de la publication du 3ème trimestre 2020, que le 28 octobre prochain.

Les Etats-Unis officiellement en récession

Publié jeudi dernier, le produit intérieur brut (PIB) des États-Unis a accusé une baisse historique de 32,9% au deuxième trimestre (en rythme annualisé) sous l’effet de la pandémie de Covid-19 et des mesures de confinement imposées. Par rapport au deuxième trimestre 2019, le PIB est en repli de 9,5%. Cette contraction du PIB était toutefois attendue (estimation du Fonds monétaire international de -37%). La baisse s’explique largement par l’évolution des dépenses de consommation, la composante majeure du produit intérieur brut; elle recule de 34,6% au deuxième trimestre en rythme annualisé. Les dépenses dans les services, un des secteurs les plus touché par la crise, ont chuté de 43,5% et sans surprise les dépenses du gouvernement fédéral ont augmenté de 17,4% grâce à l’aide financière apportée aux ménages et aux entreprises. Après deux trimestres de baisse (-6,5% au premier trimestre), les États-Unis sont officiellement en récession. Le dollar en souffre, depuis le début juillet, l’euro a gagné plus de 5,5% face au billet vert.

Marché automobile : succès du plan de soutien

Les mesures de soutien du gouvernement à l’automobile ont réussi à enclencher un redémarrage. Pour relancer les ventes après le confinement, le gouvernement avait renfoncé les bonus à l’achat de véhicules électriques, introduit une aide pour les hybrides rechargeables et la prime à la conversion, pour la mise au rebut d’un véhicule ancien, avait été élargie pour toucher un large public. Aujourd’hui l’industrie automobile est à un taux d’activité proche de 80%, ceci après une chute de 72% en mars, 89% en avril et 50% en mai. Au sein de l’union européenne, la France s’est distinguée au mois de juin en étant le seul pays à voir ses immatriculations de voitures neuves augmenter (+1,2%). En juillet le marché de voitures neuves progresse de 4%, mais reste en repli de 33% sur les sept premiers mois de l’année.

Performances hebdo

Les rendez-vous à ne pas manquer