Newsletter du lundi 02 septembre 2019

Bouygues confirme ses perspectives

Le conglomérat Bouygues a publié son résultat au titre du premier semestre et confirmé ses perspectives annuelles. Avec un chiffre d’affaires en progression de 11% à 17,4 Milliards d’Euros, le groupe confirme la bonne dynamique de l’ensemble de ses métiers. Le résultat opérationnel s’établit à 453 millions, en progression significative de +36% en raison d’une amélioration de la marge qui ressort à 2,6%, soit + 0,5 point. Seul le résultat net du groupe recule de 36 millions à 225 millions d’Euros, en raison principalement de la baisse de la contribution d’Alstom (33 millions contre 73 millions un an plus tôt). Pour mémoire, Bouygues détient près de 28% du capital du spécialiste du transport ferroviaire. A noter également que sa filiale spécialisée dans la construction de routes, Colas, a également publié de bons chiffres en amélioration : hausse de 9% du chiffre d’affaires à 5,8 Mds, amélioration du résultat opérationnel et du résultat net et surtout un carnet de commandes en progression de 4% à 9,9 Mds d’Euros. Enfin, Martin Bouygues, PDG du groupe a déclaré qu’une consolidation des opérateurs télécoms en France était devenue impossible. De quoi refroidir les spéculations qui ont agité le marché ces dernières années. Orange et Bouygues avaient notamment échoué à s’entendre sur un éventuel rapprochement en 2016. Martin Bouygues juge désormais “qu’il va falloir faire avec” ce marché à quatre opérateurs. Cette publication a été bien accueillie en bourse avec une progression du titre de 6,75 % à 34,80 €.

Stef en forte progression

Le spécialiste du transport sous températures contrôlées Stef a communiqué de solides résultats semestriels. Le chiffre d’affaires a progressé de 7% à 1,67 Mds par rapport au S1 2018 et surtout un hausse de 40,4% de son EBIT à 67,4 millions d’Euros. Le groupe explique avoir certes bénéficié d’un environnement plus porteur en France et en Europe (Espagne, Portugal), mais surtout engrange les fruits de la nouvelle organisation mise en place autour de la spécialisation par activités et segment de marchés : flux frais, supply chain, surgelé, tempéré sec alimentaire, restauration hors domicile, GMS, seafood. Stef a également précisé que le prix du carburant avait eu également un effet favorable. A l’annonce de ces résultats, le cours de bourse a progressé de plus de 8%.

Crises politiques au Royaume Uni et en Italie

Nommé Premier ministre du Royaume-Uni le 24 juillet dernier, Boris Johnson a demandé la suspension du Parlement jusqu’au 14 octobre, soit deux semaines avant la date butoir du Brexit. Cette décision renforce les tensions entre les partisans d’un Brexit dur et ceux qui  déplorent les risques d’un no deal. Les députés qui reprennent leurs travaux ce mardi n’auront que quelques jours pour tenter de s’opposer au scénario qui semble se dégager : aucun accord en perspective. Cette décision a également provoqué des manifestations de colère dans tout le pays, de Londres à Manchester mais aussi Edimbourg, Swansea ou encore Belfast. Les britanniques n’hésitent pas à comparer cette manœuvre politique à un coup d’état. La semaine va donc être bien agitée. Un vote de défiance pourrait faire tomber le Premier ministre et surtout provoquer des élections législatives anticipées.

Après trois semaines de crise politique et l’implosion de l’alliance entre le M5S et la Ligue d’extrême droite de Matteo Salvini, le Président italien Sergio Mattarella a chargé Giuseppe Conte de former un gouvernement de coalition entre le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et le Parti démocrate (PD, centre-gauche). Les deux partis, pourtant autrefois ennemis ont décidé de gouverner ensemble pour éviter des élections anticipées. Le Premier ministre désigné devrait présenter son gouvernement mercredi prochain même si les négociations s’annoncent difficiles, tant les divergences entre les deux partis sont fortes.

Performances hebdo

 

Les rendez-vous à ne pas manquer