Newsletter du lundi 02 mars 2020

Coronavirus : incertitudes sur les marchés, actions des banques centrales

Le coronavirus poursuit sa propagation à travers le monde avec 89 000 personnes infectées et 3 044 décès à travers 68 pays. Bien que la Chine, la Corée du Sud, l’Italie, l’Iran et le Japon soient les pays les plus touchés, la France devient le deuxième pays Européen le plus touché par le virus avec une centaine de cas détectés dans plusieurs zones (Oise, Haute-Savoie, Nord-Pas-de-Calais, Montreuil et maintenant le Morbihan qui recense 9 cas). Pour palier à l’expansion de l’épidémie, plusieurs mesures ont été prises, comme l’annulation d’événements rassemblant plus de 5 000 personnes etc. Mais cela n’a pas servit à rassurer les marchés financiers qui ont vécu, la semaine dernière, leur pire semaine depuis la crise financière de 2008. Les Bourses mondiales ont toutes perdu entre 11 et 12% (-11,94% à Paris, -11,12% à Londres, -12,44% à Francfort, -11,26% à Milan, -12,36% pour le Dow Jones, -11,49% pour le S&P 500 et -10,54% pour le Nasdaq), pour un montant total au niveau mondial représentant l’équivalent de 6 000 milliards de dollars de capitalisation perdus sur la semaine.

Les prévisions de croissance au niveau mondial sont revues à la baisse en raison de doutes sur les effets économiques du coronavirus. Ainsi, la croissance mondiale 2020 serait amputée par le coronavirus d’un demi-point à un point et demi, selon Laurence Boone (économiste en chef de l’OCDE). Les banques centrales prennent des mesures qui permettent de relativiser la panique et de repartir en légère hausse ce lundi matin. Aux Etats-Unis, Jerome Powell a indiqué que la Fed se tenait prête à agir si nécessaire, envisageant une baisse des taux supplémentaire en cas d’épidémie mondiale réelle. En Italie, le ministre de l’Economie a fait le choix de débloquer 0,2% du PIB italien (soit 3,6 milliards d’euros) pour financer des mesures aidant les entreprises impactées par l’épidémie, et en Asie, la Malaisie a débloqué 4,3 milliards d’euros.

GTT bat des records de commandes en 2019

Le Groupe GTT (Gaztransport & Tecnhigaz) a publié des résultats au dessus des objectifs au cours de l’exercice 2019 et annonce ses perspectives à horizon 2023. L’année 2019 aura marqué un niveau record de commandes avec 57 méthaniers et 6 éthaniers, permettant une augmentation du chiffre d’affaires de 17,2% à 288,22 M€ et de l’EBITDA de 3,3% à 174,32 M€. Le carnet de commandes à fin 2019 offre au Groupe une visibilité sur les 3 prochaines années avec un chiffre d’affaires estimé qui s’élève à 708 M€ (375 M€ en 2020, 232 M€ en 2021, 79 M€ en 2022 et 22 M€ en 2023). Sur la base de ces commandes, le groupe s’attend à un CA consolidé 2020 se situant dans une fourchette entre 375 et 405 M€ et un EBITDA compris entre 235 et 255 M€. Concernant l’épidémie du coronavirus, GTT a indiqué que les risques potentiels (sachant que 85% du chiffre d’affaires est réalisé en Corée du Sud et 10% en Chine) consistaient en d’éventuels retards dans le calendrier de construction des navires, pouvant causer un décalage de chiffre d’affaires entre les exercices. A ce jour, il n’y a pas eu de retard constaté.

Saint Gobain poursuit sa route

L’entreprise de matériaux de construction Saint Gobain a également publié des résultats satisfaisants au cours de l’exercice 2019 avec une augmentation de chiffre d’affaires de 2,4% à 42,6 Mds €, un résultat d’exploitation en hausse de 4,7% à 3,4 Mds€, mais surtout une forte hausse du cash-flow libre de l’ordre de +50,2%. Dans le plan stratégique « Transform & Growth », les vingtaines de cessions réalisées l’an passé représentent un chiffre d’affaires de 3,3 Mds€, pour un montant de désinvestissement de plus de 1 Md€. Les économies réalisées de 120 M€ (contre un objectif de 80 M€) ont également permis d’améliorer le résultat d’exploitation. Concernant les litiges liés à l’amiante aux Etats-Unis, le Groupe a placé sa filiale concernée sous le chapitre 11 de la loi des faillites afin de suspendre les demandes d’indemnisation et la provision de 576 M$ déjà constitué devrait suffire à couvrir les coûts de résolution de la procédure. Saint Gobain exprime des perspectives 2020 en hausse malgré un contexte macroéconomique incertain et sans prise en compte de l’impact du coronavirus.

Performances hebdo

Les rendez-vous à ne pas manquer